Farmacia italiana online: acquisto cialis in Italia e Roma senza ricetta.

Microsoft word - factsheet jmk malaria_f.doc

Fact Sheet
Recherche sur la malaria: investir dans l’avenir des pauvres

Cadre général
La malaria est l'une des quatre maladies les plus répandues dans le monde: près de deux
milliards de personnes vivent dans des zones où elle sévit, entre 300 et 500 millions de
personnes sont infectées chaque année et environ un million en meurent. Et les enfants en
sont les principales victimes.
La malaria est un frein au développement, car les coûts qu'elle occasionne pèsent
lourdement sur l’économie des pays africains touchés et ralentissent sensiblement la
croissance. Mais les coûts liés à la malaria sont surtout un lourd fardeau pour les malades.
Etant donné que les agents pathogènes de la malaria résistent de plus en plus aux
antipaludéens à base de chloroquine et de méfloquine, il faut aujourd’hui donner la première
priorité à la prévention et au développement de nouveaux médicaments. Or ce défi s’adresse
aussi à la coopération au développement. La DDC s’investit dès lors dans l’étude de
méthodes de prévention peu coûteuses et efficaces, telles des moustiquaires imprégnées
d’insecticide, et dans la mise au point de nouveaux médicaments. Il est tout aussi important
d’assurer une coopération efficace entre l’industrie et le secteur public (les instituts de
recherche des universités par ex.). L’industrie pharmaceutique ayant presque complètement
abandonné la recherche sur la malaria, la DDC et d’autres donateurs ont décidé, en 1999,
de combler cette lacune en créant «Medicines for Malaria Venture» (MMV).
A chacun sa moustiquaire
La DDC a cofinancé un programme de recherche réalisé en Tanzanie sur l'efficacité de
moustiquaires: entre 1996 et 2000, une enquête a été menée dans la vallée de Kilombero
pour connaître l’effet des moustiquaires au sein de la population. Le partenariat établi à cette
occasion avec le centre de recherche en matière de santé et de développement d'Ifakara
(Ifakara Health Research & Development Centre) a par la suite été maintenu, notamment par
l'Institut tropical suisse. Le projet des moustiquaires de Kilombero avait pour but de
collaborer avec la population pour élaborer une stratégie durable de distribution et permettre
aux 450 000 habitants concernés de se procurer des moustiquaires et l'insecticide
nécessaire à leur imprégnation. La collaboration avec les familles, les chefs des villages et le
personnel de santé a donné naissance à une marque au nom évocateur: «Zuia Mbu» (qui
signifie «Sus aux moustiques!» en swahili). La stratégie de commercialisation a fait intervenir
aussi bien des détaillants que des grossistes, des propriétaires d'échoppes, des vendeurs de
rue et des commerçants ambulants. Quant au travail de sensibilisation – mené au moyen
d'affiches, de pièces de théâtre, de spectacles vidéo mobiles et de livres scolaires – il a
essentiellement été assuré par la population, les écoles, le personnel de santé et des
organisations non gouvernementales locales. Lorsque le projet s’est achevé, plus de 50 % des enfants de moins de cinq ans dormaient sous une moustiquaire. Le taux de mortalité infantile dû à la malaria avait diminué d'un quart et les études indiquaient que même des familles pauvres, voire très pauvres, faisaient l'effort d'acheter des moustiquaires et de s’en servir. Aussi le Ministère de la santé n’a-t-il pas hésité à utiliser les connaissances et l'expérience tirées de cette initiative pour en faire bénéficier la campagne nationale de prévention de la malaria. Traitement: de nouveaux médicaments sont nécessaires
L'organisation sans but lucratif «Medicines for Malaria Venture» (MMV), créée en 1999 et
cofinancée par la DDC, souhaite conclure des partenariats avec des institutions publiques et
privées pour promouvoir la recherche et la mise au point de nouveaux médicaments contre
la malaria, à des prix qui soient également abordables pour les populations pauvres. Il faut
savoir que l’économie privée s’est presque complètement retirée de la recherche sur la
malaria, car il n’est guère rentable d’investir dans ce domaine. Il faut savoir, que l’industrie
pharmaceutique estime que l’élaboration d’un médicament – de la recherche et du
développement jusqu’à la commercialisation – nécessite une mise initiale de 500 à 800
millions de dollars. L’une des tâches principales de la coopération consiste donc aujourd’hui
à empêcher la disparition de cette somme de savoir.
Dans les partenariats qu’elle conclut, MMV se charge de gérer le portefeuille de la recherche
de médicaments prometteurs et de financer les coûts de recherche, de sorte que le coût total
du développement est maintenu à un niveau relativement bas. De son côté, l’industrie
pharmaceutique met à disposition la technologie et le savoir qu’elle a accumulés avant
d’abandonner ce secteur. L’entreprise pharmaceutique IMMTECH, spécialisée dans le
traitement de maladies infectieuses, produit ensuite la substance active issue du nouveau
programme de recherche. La collaboration entre MMV, différentes universités, Bayer et,
depuis peu, IMMTECH devrait permettre de mettre au point et de lancer un nouveau
médicament contre la malaria dans les trois années à venir. Grâce à une commercialisation
fondée sur les règles du commerce équitable et à la collaboration avec l'OMS, ce
médicament devrait être accessible à tous.
www.mmv.org
www.rbm.who.int
www.sdc-health.ch

Source: http://www.sdc.admin.ch/ressources/resource_fr_24161.pdf

Section 313 of the emergency planning and community right-to-know act (epcra)

EMERGENCY PLANNING AND COMMUNITY RIGHT-TO-KNOW SECTION 313 List of Toxic Chemicals This document provides a quick reference list of the toxic chemicals for which reporting isrequired under Section 313 of the Emergency Planning and Community Right-to-Know Act (EPCRA)(also referred to as the Toxics Release Inventory (TRI)). More specific information on the EPCRAsection 313 reporting requ

gesolutions.ae

Reshaping Flight for Fuel Efficiency: Five Technologies on the Runway Beyond The Boeing Dreamliner 787: A New Thrust to Curb Soaring Emissions. Super-efficient geared turbofans like the one shown on the left during the assembly of a Pratt & Whitney PurePower engine are one of many strategies currently being tested to help commercial aircraft become more fuel efficient. A half-mile per ga

Copyright © 2010-2014 Pdf Pills Composition