Farmacia italiana online: acquisto cialis in Italia e Roma senza ricetta.

Dmt

n o t e s d e c o n g r è s
XXXVIIe S y m p o s i u m d e l ’ I n s t i t u t n a t i o n a l d e m é d e c i n e a g r i c o l e To u r s , 1 7 s e p t e m b re 2 0 1 0 L’Institut national de médecine agricole (INMA) a organisé en septembre 2010 un symposium sur l’actualité des zoonoses. La dernière manifestation sur ce sujet remontait à 2003. Depuis cette date, certaines zoonoses ont largement régressé, d’autres ont émergé ou évoluent alors qu’on les croyait maîtrisées. Ce symposium a permis de faire le point sur l’évolution de nombreuses pathologies et a été l’occasion de confronter des points de vue de professionnels d’horizons différents. Les points les plus marquants sont résumés ici. Par ailleurs, plusieurs zoonoses ont fait parler d’elles La fièvre charbonneuse est devenue rare en
France. Cependant, les années 2008 et 2009 ont étémarquées par l’émergence d’une cinquantaine de Pr J.P. Ganière, École nationale vétérinaire, agro-
foyers bovins, repartis dans différents départements alimentaire et de l’alimentation, ONIRIS, Nantes
(Doubs, Moselle, Isère, Savoie, Puy-de-Dôme et Aveyron). Des mesures de vaccination du cheptel ont Les zoonoses de la faune domestique (animaux été mises en place. Le foyer de Moselle en 2008 a en- d’élevage et de compagnie principalement) sont nom- traîné la survenue de trois cas de charbon cutané breuses et J.P. Ganière en a effectué un panorama ra- chez des personnes ayant manipulé la carcasse de pide, en privilégiant les plus actuelles. L’aspect des zoonoses liées aux animaux de compagnie sera com- Il est important pour les professionnels concernés de plété par l’intervention de B. Quinet.
savoir reconnaître les signes évocateurs de charbonchez les ruminants (notamment du sang s’écoulant desnaseaux et de la bouche) et de savoir prendre les me-sures nécessaires.
La fièvre Q a un impact limité sur la santé ani-
male (bovins, caprins et ovins surtout). Pourtant le Si l’on examine certaines zoonoses typiques des ani- pourcentage de cheptels infectés est élevé. La trans- maux de rente et considérées comme maîtrisées, leur mission de cette zoonose se fait par voie aérienne, essentiellement à partir de produits de mise-bas. Le Les brucelloses bovine et ovine ont été éliminées du
risque de transmission par le lait est considéré territoire français. Seuls subsistent des foyers sporadiques comme quasi nul pour la population générale ou mi- dus à B. suis dans des élevages de porcs, dont le biovar 2 nime pour des personnes à risques (femmes en- sévissant en France est peu pathogène pour l’homme.
ceintes et valvulopathes). Bien que des cas humains Pour la tuberculose bovine, la France est déclarée
soient régulièrement diagnostiqués en France, mais indemne, mais la maladie résiste, entretenue par la per- certainement sous-estimés, l’actualité de cette mala- sistance voire la recrudescence de Mycobacterium bovis die est dominée depuis 2007 par l’explosion des cas dans la faune sauvage (qui sera abordée dans l’inter- (plus de 2 000) aux Pays-Bas, cas liés à la filière vention de J. Hars).
Chez le porc, l’infection par des Staphylococcus
touché depuis 2006 et aucun cas humain n’a été enre- aureus résistants à la méticilline (SARM) est un su-
gistré. On ne peut cependant considérer que le risque jet de préoccupation en production animale, car illus- de voir réapparaître la maladie a disparu et un plan na- trant la transmission à l’homme de souches bactériennes tional de prévention et de lutte a été mis en place de- hébergeant des gènes de résistance aux antibiotiques.
Depuis 2004, le portage d’une souche particulièreST398 a été mis en évidence à la fois chez le porc et chez l’homme (chez des éleveurs de porcs). Actuellement laprévalence chez l’animal en France reste faible (2 à 3 %),d’après une étude réalisée dans 342 élevages de porcs re- Sur le plan professionnel, les zoonoses dues aux ani- maux domestiques (animaux de rente et animaux de Chez le porc encore, l’hépatite E est d’actualité car
compagnie) concernent essentiellement les personnels elle touche une large majorité des élevages. Elle reste ac- des animaleries de compagnie et les éleveurs.
tuellement une maladie liée à l’alimentation (notam- Dans les actualités, quatre zoonoses peuvent être ment par les foies de porcs où le virus a été détecté), elle retenues : la rage, la leptospirose, le cowpox et les in- est marquée par l’augmentation des cas humains au- tochtones (plus de 250 en 2009). La prévention repose La rage est présente en Europe. En France, le
sur la cuisson suffisante des aliments contenant du porc.
risque se situe principalement à deux niveaux : Les salmonelloses chez les volailles et les porcs font
- importation illégale d’animaux venant de zone l’objet de mesures de lutte particulièrement importantes d’endémie, pouvant conduire exceptionnellement à pour prévenir les infections humaines d’origine alimen- taire. Chez les poules, les mesures prises ont vu réduire - présence de chauves-souris (sérotines) porteuses de façon majeure les prévalences d’infections à S. typhi- du sérotype EBL1, moins pathogène pour l’homme et murium et S. enteritidis, l’assainissement étant élargi ré- l’animal (cas observé chez un chat non vacciné en Ven- cemment à S. hadar, S. infantis et S. virchow. Chez les dindes (notamment de reproduction), des actions contre Cependant, les épisodes récents de cas d’importa- S. typhimurium et S. enteritidis sont menées afin d’abais- tion et la progression de la rage vulpine en Europe de ser la prévalence des cheptels infectés. Enfin, chez le l’Est soulignent l’importance de la sensibilisation des porc, une enquête communautaire récente a montré que vétérinaires à la recherche de signes susceptibles d’en- les sérovars derby, typhimurium et infantis étaient les plus traîner une suspicion clinique de rage, et celle de la sur- isolés en France, dans des proportions importantes. Une veillance vétérinaire des animaux mordeurs griffeurs. nouvelle investigation européenne est en cours. Les in- La leptospirose est relativement fréquente chez le
fections aux deux premières salmonelles sont désormais chien, malgré la vaccination. Celle-ci ne concerne ce- incluses dans les maladies animales à déclaration obliga- pendant que les sérogroupes canicola et icterohaemorrha- toire et permettent une veille sanitaire et la mise en place giae. Le chien se contamine par contact avec les urines de plans d’assainissement. La situation de la salmonel- de rongeurs infectés. Elle est responsable d’une hépatite lose bovine est différente avec une incidence annuelle et est rapidement létale en ce qui concerne le sérotype stable voire en régression. Des mesures d’information en icterohaemorrhagiae. Cependant, peu de contaminations cas de survenue de cas ont été mises en place. humaines à partir du chien sont rapportées. Par ailleurs, La chlamydiose aviaire, souvent inapparente chez
le risque lié à des rongeurs de compagnie, quoique rare, les oiseaux, est à l’origine de cas de pneumopathies parfois graves, notamment chez les professionnels des abattoirs L’infection par le virus Cowpox a récemment été
de volaille. La prévalence des élevages infectés (notam- identifiée chez le rat de compagnie et quelques cas sont ment de canards) est mal connue (cet aspect sera réa- décrits chez le chat. Cette zoonose parfois inapparente bordé plus loin dans la communication de E. Belchior).
chez l’animal est responsable chez l’homme de lésions Enfin, il n’est pas possible de passer sous silence cutanées à type de folliculite puis d’ulcères noirâtres sur les infections grippales. Concernant le virus pandé-
les zones de griffures ou de microgriffures surtout. La mique H1N1, l’homme peut contaminer l’animal : le
contamination se fait par contact direct. Une trentaine porc (un élevage en Allemagne en 2009 mais aucun de cas humains en Allemagne, aux Pays-Bas et surtout actuellement en France) et les volailles (élevage de en France ont récemment été identifiés chez des pro- dindes contaminé dans les Côtes-d’Armor fin 2009).
priétaires de rats de compagnie dont le fournisseur com- Concernant le virus H5N1 hautement pathogène,
mun était un éleveur situé en république Tchèque. l’infection animale reste active dans plusieurs régions Enfin, pour finir, les infections à SARM chez les
du monde (Asie du sud-est, Égypte). En Europe, des chiens et chats sont considérées comme un problème foyers sporadiques sont constatés (en Roumanie et en émergent. D’une part, les animaux peuvent être infectés Bulgarie en 2010). En France, aucun élevage n’a été par des SARM provenant de l’homme et potentiellement réinfecter d’autres animaux ou d’autres humains. D’autre en 2010, un cerf tuberculeux a été découvert et 10 cas part, des souches de S. pseudointermedius responsables de de blaireaux (sur 64 testés) ont été identifiés. pyodermites chez le chien peuvent être transmises à Ces épisodes sont à prendre en compte dans le suivi l’homme. Le portage de ces staphylocoques est en des personnels chargés de la surveillance de la faune constante augmentation chez les chiens et les chats. sauvage. La découverte de nouveaux réservoirs de M.
bovis
est l’exemple même d’un problème émergent oupseudo émergent dans la faune sauvage : il concerneune maladie en voie d’éradication dans le cheptel bovinfrançais et induit un risque à long terme de recontami- nation des animaux domestiques et/ou de transmission Pour la trichinellose, la survenue des cas hu-
mains (essentiellement dus à la consommation de Dr J. Hars, Office national de la chasse et de la
viande de sanglier) se superpose aux cas identifiés faune sauvage (ONCFS)
dans la faune sauvage. Une étude dans 5 départe-ments ayant pour objectif d’évaluer le risque de trans- J. Hars a présenté les maladies infectieuses actuelle- mission de la maladie des sangliers vers les élevages ment les plus préoccupantes transmises par la faune porcins a été entreprise en 2009. Plusieurs milliers de sauvage aux animaux de rente et à l’homme. sangliers et de renards ont été testés et les résultats Deux facteurs essentiels viennent marquer l’épidé- sont restés tous négatifs. Ce résultat permet de dire miologie des maladies transmises par la faune sauvage.
que, si le parasite circule, il le fait à très bas bruit et Le premier est la fréquence du portage sain dans le ré- que le risque de contamination des élevages porcins servoir sauvage, rendant la surveillance difficile. Le est très faible dans les départements testés. deuxième est l’expansion démographique des animaux Après une recrudescence des cas humains de tularé-
sauvages avec en tête le sanglier dont l’évolution des mie en 2004, une nette augmentation de cas chez le liè-
tableaux de chasse reflète l’importance de la popula- vre et l’homme a été enregistrée en 2007 et 2008. Mais tion (multipliée par 4 en 10 ans et par 10 en 30 ans). l’analyse rétrospective des cas n’a retrouvé leur origine que Les zoonoses préoccupantes actuellement sont la dans 45 % des cas (30 % de contact avec des lièvres, tuberculose du cerf et du sanglier, la trichinellose, la 15 % de contact avec des tiques). Une étude est en projet tularémie, la rage et la fièvre du Nil occidental.
à l’ONCFS, avec le réseau SAGIR (Réseau de surveil- La tuberculose bovine est une maladie dont la
lance active et de gestion de la faune sauvage) et l’Institut France a été déclarée officiellement indemne en 2000. de veille sanitaire (InVS) pour 2011, afin de comparer les Cependant, en 2001, une importante épidémie à dynamiques d’infection chez l’homme et le lièvre.
Mycobacterium bovis a été détectée chez les cerfs et les La rage vulpine continue de s’étendre en prove-
sangliers de la forêt de Brotonne, s’aggravant progres- nance de l’Europe de l’Est. La Croatie et la Slovénie sivement dans les années suivantes. Des foyers bovins tour à tour ont été touchées, le front de la maladie ayant de la même souche que celle isolée dans la faune sau- atteint l’Italie fin 2008. Ce front continue à progresser vage ont été enregistrés en périphérie de forêt. Un plan actuellement en Italie vers l’ouest, malgré la mise en de lutte draconien avec abattage total de la population place d’une campagne de vaccination orale du renard. des cerfs et réduction drastique des sangliers tend à La fièvre du Nil occidental est une zoonose
transmise par les moustiques pour laquelle le réservoir Parallèlement, d’autres départements sont touchés : est habituellement aviaire. Suite à l’apparition en 2000 Côte-d’Or, Dordogne, Pyrénées-Atlantiques, Corse. de quelques cas chez les chevaux de Camargue, une En Côte-d’Or, à la suite d’une recrudescence des foyers surveillance sérologique a été instaurée dès 2001 par bovins depuis 2002, les enquêtes effectuées dans la faune l’ONCFS à la demande du ministère en charge de sauvage ont pu mettre en évidence, depuis 2007, une l’Agriculture. Depuis 2008, seuls la surveillance des émergence de la maladie chez le sanglier (prévalence de cas cliniques humains et équins et le dépistage du vi- 16 % de sangliers infectés dans certaines zones en 2009).
rus sur des cadavres d’oiseaux sont maintenus. Bien De façon plus remarquable, également en 2009, des cas que peu de cas humains aient été signalés (7 cas hu- de tuberculose chez des blaireaux vivant au contact d’ex- mains en 2003), il est important d’être attentif aux ploitations bovines infectées ont été découverts, les blai- signes cliniques évocateurs apparaissant chez les pro- reaux étant un réservoir connu depuis longtemps en fessionnels travaillant en extérieur dans les régions concernées (Camargue, Var…), la maladie pouvant La Dordogne a été le siège d’une épizootie bovine être imprévisible. Les récents signalements en 2010 de en 2002-2003. Jusqu’à l’année 2010, la recherche dans cas humains en Grèce, de cas humains et équins en la faune sauvage (500 cerfs) était restée négative. Mais Italie et en Roumanie doivent inciter à la vigilance. lement pour les maladies classées prioritaires ou impor- tantes (épidémiologie clinique, vaccins, résistance dans l’environnement des souches, modalités de transmis-sion de certaines maladies, développements microbio- logiques…) et les mesures de prévention, avec un accent mis sur la nécessité de l’information (profession-nels, médecins traitants, population rurale, propriétairesd’animaux de compagnie…). Les recommandations sur Dr I. Capek, InVS, Saint-Maurice
le volet animal concernent la connaissance des réservoirs,la surveillance, l’évaluation des mesures de lutte instau- De nombreuses zoonoses existent : les agents d’ori- rées… Enfin, le manque crucial d’entomologistes a été gine animale représentent 58 % des agents infectieux particulièrement souligné, profession indispensable pour pathogènes connus pour l’homme et 70 % des agents la compréhension des maladies vectorielles et de la lutte provoquant des infections considérées comme émer- antivectorielle. Tiques et moustiques doivent faire parti- gentes. Devant cette multiplicité, il appartenait à culièrement l’objet d’études complémentaires. l’InVS de rechercher les zoonoses les plus susceptibles Pour illustration, I. Capek a pris comme exemple de de soulever un problème de santé publique.
maladie la borréliose de Lyme. Classée maladie prioritaire Une première démarche avait été entreprise de 2000 de par sa fréquence, sa sévérité dans certains cas et sa po- à 2006 en multipartenariat avec un groupe d’experts et tentialité d’extension liée au vecteur, les domaines vecto- avait conduit à des recommandations qui avaient été sui- riel et animal sont également importants à explorer. Les vies de nombreuses actions. Le rapport publié en 2007 recommandations sur le volet humain ont porté sur la sur- préconisait que la démarche devait être poursuivie. veillance (réseau Sentinelles, études régionales à poursui- Une nouvelle démarche a donc été mise en place vre, suivi du PMSI – Programme de médicalisation des mais en élargissant la problématique des zoonoses non systèmes d'information), sur le diagnostic biologique avec alimentaires à celle des zoonoses vectorielles. La mé- l’évaluation et la promotion de tests diagnostiques fiables, thodologie était identique à la précédente : sur la prévention en ciblant sur l’information du public et, - classification qualitative des maladies à partir d’une enfin, sur la recherche (identification des espèces de Bor- relia, études cliniques en ORL, ophtalmologie et psychia- - synthèse réalisée par l’InVS sur 4 domaines humains trie). Les recommandations sur le volet animal et (surveillance, diagnostic biologique, contrôle et préven- entomologique portent sur l’identification des Borrelia en tion, recherche et connaissances), un domaine animal et fonction des réservoirs et chez les tiques, la répartition de celles infectées ainsi que sur l’efficacité des répulsifs. - introduction d’une pondération en 4 niveaux (de Pour finir, les limites de la démarche ont été évo- « prioritaire » à « peu important »), - établissement par consensus de recommandations, - composition du groupe d’experts pouvant être dis- pour toutes les maladies, quel que soit leur classement, cutable, en raison de leur implication variable, mais la en fonction des besoins identifiés et en tenant compte pluridisciplinarité du groupe et les étapes itératives de validation ont permis d’obtenir un consensus ; Ce travail a conduit à un rapport de synthèse publié - les critères étaient souvent non chiffrables et utili- sés dans des démarches similaires, mais une approche À partir de 34 maladies abordées, vingt maladies ont fait l’objet d’une priorisation et ont pu être classées : L’objectif de hiérarchisation a été atteint avec déga- - quatre ont été considérées comme prioritaires : gement d’axes d’orientation pour les travaux futurs de borréliose de Lyme, chikungunya, dengue, fièvre
hémorragique Crimée-Congo,
- six comme importantes : ornithose-psittacose,
fièvre Q, fièvre jaune, encéphalite à tiques, tula-
rémie, fièvre de la vallée du Rift
,
- les autres, rangées comme moyennement impor- tantes : anaplasmose, babésiose, bartonelloses, fiè-
vre hémorragique à virus Ébola, fièvre boutonneuse

Pr F. Rodhain, Institut Pasteur, Paris
méditerranéenne, fièvre de Lassa, hépatite E, fièvre
hémorragique de Marburg, typhus, autres rickett-

Au cours de sa présentation, F. Rodhain a insisté sur les principaux facteurs favorisant l’émergence de maladies.
Les recommandations en santé humaine émises par La plupart des maladies infectieuses émergentes pro- le groupe d’experts touchent à la fois les besoins en re- viennent de la faune sauvage (rongeurs, oiseaux, chauve- cherche et en amélioration de connaissances, principa- souris…). Les micro-organismes vivent dans un écosystème biologique complexe que de nombreux facteurs peuvent En France, la Région parisienne, la Manche, le Calva- déstabiliser sans que l’on puisse attribuer leur émergence dos et les vil es des zones d’endémie (Nancy, Annemasse, (ou leur disparition) à l’un d’entre eux précisément. C’est la Pontarlier) sont désormais concernés, témoignant de l’ex- définition même de la biodiversité.
tension du foyer français vers l’ouest, le nord et le sud (ré- La multifactorialité de ces émergences rend les pré- sultats de l’étude de l’infection des renards de l’Université visions délicates. L’homme, par son mode de vie, par Franche-Comté, l’AFSSA et l’Entente Rage-Zoonoses).
son organisation en société, par ses activités, par l’utilisa- Enfin, les cas survenant chez des patients immuno- tion de nouvelles technologies, par ses déplacements, déprimés sont de plus en plus fréquents, mais avec des par ses échanges commerciaux et, surtout, par l’expan- formes cliniques particulières de diagnostic plus difficile.
sion démographique et l’urbanisation croissante, joue un Sur le plan diagnostique, l’utilisation de l’échogra-
rôle crucial dans l’émergence de nouveaux écosystèmes.
phie hépatique en première intention améliore le dépis- Cette tendance ne fera que croître. À ces facteurs, vien- tage des formes asymptomatiques et l’imagerie en nent s’ajouter le changement climatique et ses consé- résonance magnétique nucléaire permet un diagnostic de quences possibles sur les maladies infectieuses.
certitude et facilite le bilan d’extension pré-thérapeutique.
La prévention bien qu’indispensable est difficile à Sur le plan biologique, la possibilité d’un diagnostic mettre en place. Elle nécessite une approche pluridis- par PCR sur les biopsies dans les rares cas de sérologie ciplinaire et dépasse largement le cadre médical, inté- négative permet de mieux maîtriser le diagnostic im- ressant aussi les entomologistes, les épidémiologistes, Enfin, l’introduction de la tomographie par émission de positrons couplée à la tomodensitométrie améliorele suivi thérapeutique.
L’approche thérapeutique bénéficie d’une défini-
tion consensuelle, la maladie ayant un pronostic trèsmodifié, tant sur la survie que sur la qualité de vie, grâce à un diagnostic plus précoce et à un suivi rigou-reux (Réseau FrancEchino) : - résection hépatique radicale dans la mesure du Pr D. Vuitton, Centre collaborateur OMS pour
possible, contre-indication de la chirurgie palliative, la prévention et le traitement des échinococcoses
transplantation indiquée en dernier recours, humaines, Besançon
- radiologie ou endoscopie interventionnelle pour trai- ter les complications biliaires (en remplacement de la D. Vuitton a d’abord rappelé quelques notions cli- niques et épidémiologiques sur l’échinococcose puis a - traitement systématique de tous les patients sans fait part des évolutions épidémiologiques et des pro- exception par l’albendazole avec une durée minimum de deux ans après la chirurgie radicale et au long cours L’échinococcose alvéolaire est une zoonose parasi-
taire dont les hôtes définitifs sont les carnivores.
Sur le plan de la prévention, les conseils restent
L’homme est un hôte intermédiaire chez qui la larve se les mêmes mais doivent être rappelés : lavage et chauf- développe dans le foie « à la manière d’un cancer à marche fage des aliments, ne pas toucher les renards à mains lente ». Les facteurs socio-économiques et écologiques nues, lavage des mains, vermifugation des animaux de qui sont susceptibles d’affecter les hôtes intermédiaires et compagnie, pour les professionnels exposés de façon définitifs, la modification des caractéristiques paysagères répétée, réalisation d’une échographie hépatique tous et les attitudes des populations vis-à-vis des animaux sau- les 3 ans, information du grand public… vages et domestiques influencent à long terme l’émer-gence et la stabilité des zones d’endémie de la maladie.
Sur le plan épidémiologique, de nombreuses évo-
Un foyer chinois, le plus important du monde, a ré- cemment été découvert, avec un cycle domestique impliquant le chien, alimenté par un cycle sauvage fa- Pr J. Brugère-Picoux, École nationale vétérinaire,
vorisé par les déforestations massives. Maisons-Alfort
En Europe, le foyer connu s’étend vers l’est et le nord (renards infectés dans tous les pays européens à Les renards s’installent dans les centres urbains, im- pliquant une modification à terme des populations hu- La première partie de l’intervention a retracé l’his- toire des agents non conventionnels depuis la trem- blante du mouton au 17e siècle et le kuru, jusqu’aux Concernant l’encéphalite à tiques en France, l’épi- épisodes récents liés à la commercialisation de viandes démiologie avec la présence de foyers limités et d’un d’origine anglaise. C’est en effet en 1996, avec l’encé- nombre de cas modeste (< 100 cas) a été évoquée, le phalopathie spongiforme bovine (ESB), que ces mala- sous-type « western » qui y sévit étant le moins patho- dies ont été considérées comme zoonotiques ; de vastes gène. La pathogénie a notamment été décrite avec programmes de recherche sur les prions et la barrière différentes étapes : multiplication locale, diffusion lym- d’espèce ont été alors initiés, permettant de mieux com- phatique, puis sanguine, suivie d’une diffusion dans les prendre l’infectiosité, d’identifier la souche liée à la tissus et particulièrement le système nerveux central, contamination des bovins par les farines de viandes et créant des lésions d’inflammation, d’hyperplasie et de d’os. De nombreuses mesures de précaution ont été prolifération gliale ainsi qu’une nécrose. Les symp- prises en Europe et la situation actuelle de l’ESB est celle tômes marqués par un syndrome pseudogrippal n’évo- d’une maladie animale redevenue rare. Sur le plan hu- luent vers une forme méningée que dans 5 à 30 % des main, la France est le deuxième pays touché avec 25 cas de nouveaux variants de Creutzfeld-Jakob (sur un total La prévention a été traitée par C. Perronne plus
de plus de 220 cas dans le monde), tous homozygotes méthionine-méthionine sur le codon 129 de la protéineprion. L’avenir permettra de dire si la maladie peut se dé-velopper chez des patients hétérozygotes. Un premiercas a été décrit en 2009 chez un patient anglais. Dr H. Tissot-Dupont, Institut de recherche pour
le développement, Marseille
À l’heure actuelle, sur le plan de la recherche, de La communication reprend l’épidémiologie, la cli- nouvelles souches d’ESB ont été décrites témoignant nique, le diagnostic et le traitement de la fièvre Q. de l’existence dans de nombreux pays de cas autoch- Plusieurs points d’intérêt ont été soulevés dans la tones d’ESB sous une forme rare ; des cas atypiques de discussion. Le risque d’endocardite chez les patients tremblante ont été également découverts chez les pe- valvulopathes pose le problème du dépistage d’une at- tits ruminants. De nombreuses questions restent en teinte valvulaire chez les personnels au contact avec des suspens sur la nature exacte et l’origine du prion. animaux potentiellement infectés. À ce propos, la te- L’ESB étant pratiquement éliminée, le maintien des nue d’une conférence de consensus serait intéressante.
mesures de précaution drastiques prises lors de la ma- Par ailleurs, pour toutes les femmes enceintes travail- ladie de la vache folle se justifie-t-il encore ? L’Europe lant elles aussi au contact d’animaux ou dans des labo- est en train d’examiner la question pour alléger les me- ratoires vétérinaires, l’apparition d’une fièvre doit faire sures mises en place tout en garantissant une sécurité immédiatement évoquer le diagnostic. Enfin, il a été rappelé que l’immunité acquise lors de la maladie estde courte durée.
Pr D. Christmann, CHU Strasbourg
Après un bref rappel sur le cycle des tiques et leur importance en pathologie humaine, la communicationa repris les termes de la conférence de consensus sur Dr E. Belchior, InVS, Cellule interrégionale
la transmission, la clinique, les éléments du diagnostic d’épidémiologie des Pays de la Loire, Nantes
biologique et le traitement de la borréliose de Lyme. Ànoter que la moitié des cas diagnostiqués en phases se- E. Belchior a rappelé les raisons pour lesquelles condaire et tertiaire n’a pas présenté d’érythème mi- l’InVS a mené une étude sur la psittacose dans les Pays grant. À l’inverse, le traitement de tout érythème de la Loire : « Devant l’insuffisance de données d’incidence migrant diagnostiqué empêche l’apparition de ces de la psittacose chez l’homme en France et le peu de don- nées actuellement disponibles chez l’animal, et, par ailleurs, la gravité potentielle de la maladie chez l’homme et la per- humains qui s’avère indispensable pour identifier la sistance d’épisodes épidémiques dans divers contextes profes- présence de la bactérie. Cette surveillance devrait être sionnels avicoles, une étude descriptive et prospective de la mise en place dans les départements et les milieux les psittacose a été mise en place dans dix-sept départements du plus exposés, s’appuyant sur la collaboration des diffé- sud-ouest et de l’ouest de la France de 2008 à 2009. Les rents professionnels en santé publique, en santé hu- principaux objectifs étaient d’estimer l’incidence des cas hos- pitalisés, de repérer les cas groupés, de décrire les expositionsdes cas et d’étudier la faisabilité d’un système de surveillancede la psittacose ». Deux exemples d’investigations ont été pris en Pays - lors d’un épisode ayant entraîné 3 cas et 1 décès - lors d’un foyer de cas groupés (3 cas) dans un cou- Dr B. Quinet, Hôpital Armand-Trousseau, Paris
Chacune des investigations a été détaillée : défini- tion de la population, contact avec les médecins du B. Quinet, pédiatre, a évoqué les zoonoses les plus travail pour la passation de questionnaires et la pres- fréquentes attribuables aux nouveaux animaux de cription éventuelle d’examens complémentaires (séro- logies ou PCR), réalisation d’une enquête vétérinaire. Les nouveaux animaux de compagnie (NAC) sont Les résultats montrent pour la première enquête en tous les animaux de compagnie autres que les chiens et les chats. Les NAC représentent environ 5 % des - des difficultés diagnostiques notamment liées à la 60 millions d’animaux de compagnie en France. En 2006, la France comptait 3 millions de rongeurs et - la polyvalence des personnels sur les postes de tra- 3,7 millions d’oiseaux de compagnie, pour 1 million vail rendant la caractérisation de l’exposition complexe, - une investigation vétérinaire trop tardive par rap- Pour les chats et chiens, le risque zoonotique sem- port à l’épisode pour rapporter des éléments pro- ble relativement bien connu et pris en charge par les contrôles vétérinaires. Il n’en demeure pas moins que Pour la deuxième en couvoir, l’analyse des 6 malades l’information des propriétaires et des professionnels en identifiés par l’investigation retrouve, selon les postes contact avec ces animaux devrait être renforcée.
de travail, des activités d’élevage (dont insémination) À l’inverse, pour les NAC, ce risque est moins bien pour 3 d’entre eux, des activités de lavage lors de l’ac- connu, moins bien maîtrisé et potentiellement respon- couvage pour 2 autres, le dernier appartenant à une sable de maladies sévères, notamment pour les femmes équipe mobile. L’enquête vétérinaire a permis de re- enceintes et les personnes immunodéprimées, même si trouver un lot positif chez les reproducteurs mâles.
le nombre de ces pathologies reste faible en regard du Ces investigations ont été suivies d’actions complé- mentaires : prise en charge thérapeutique adaptée, sen- Ont été citées, pour exemple, les salmonelloses
sibilisation des médecins du travail et des médecins notamment liées aux reptiles, les infections dues au
généralistes, information des salariés par plaquette sim- virus de la chorioméningite lymphocytaire trans-
ple ou par contact direct avec rappel des mesures de mises par les petits rongeurs (hamsters, souris), les in-
prévention (hygiène générale, port de masques et de fections cutanées dues au virus cowpox liées à des
gants au contact des oiseaux), reconnaissance des ma- rats de compagnie, les pasteurelloses ou streptoba-
ladies professionnelles, pistes de recherche vétérinaire, cilloses secondaires à la morsure ou griffure de
mise en place de suivi prospectif avec prescription de rongeurs, ou encore les mycobactérioses à Myco-
sérologies répétées en cas de symptôme grippal chez bacterium marinum souvent rencontrées chez les
aquariophiles après nettoyage des aquariums et enfin Ces actions sont venues nourrir les recommanda- les lésions dermatophytiques après contact avec
tions proposées à l’issue des 18 mois de l’enquête qui re- prennent les items ci-dessus. Il faut y ajouter la nécessité Ces NAC sont aussi potentiellement responsables de la mise en place la plus rapide possible des investiga- d’allergie : asthme, rhinite, eczéma voire de choc ana- tions vétérinaires lors de la survenue de cas humains, ainsi qu’une réflexion sur l’aménagement des postes de Sur le plan de la prévention, il est indispensable de travail pour limiter la contamination aérienne.
renforcer d’une part les contrôles vétérinaires et d’autre Plus globalement, les conclusions de l’enquête pré- part l’information des personnes exposées à ces NAC conisent une surveillance conjointe des cas animaux et sur les mesures d’hygiène générale à respecter. surveillance et de prévention des zoonoses en multi-partenariat. Y. Cosset en a rappelé les objectifs : « - améliorer les connaissances sur les zoonoses non ali- - améliorer l’alerte en cas de pathologie humaine ou ani- Pr C. Perronne, Hôpital Raymond Poincaré,
Garches
- définir des stratégies de prévention adaptées pour les C. Perronne a présenté un large panorama des prin- - promouvoir des actions d’information auprès des tra- cipaux traitements et vaccinations disponibles pour le vailleurs exposés par l’intermédiaire des préventeurs. » traitement des zoonoses. Il a également insisté sur lesmesures de prévention à prendre notamment vis-à-vis Conseil scientifique multipartenarial et binômes de préventeurs de terrain spécifiquement formés (méde- La plupart des zoonoses bactériennes se traitent par cin du travail, conseiller en prévention des risques pro- antibiotiques, en mono ou bithérapie, avec souvent des fessionnels) dans chacune des 35 caisses de MSA cyclines en première intention. Les traitements des constituent le maillage du réseau. Études et enquêtes, formes chroniques de la fièvre Q et de la brucellose conception et diffusion d’outils d’information, assis- tance aux préventeurs de la MSA, partenariats avec les Pour la leptospirose, l’existence de mesures de pré- professionnels de l’élevage, avec les professions de vention, l’efficacité d’un traitement, un schéma vacci- santé animale et humaine… sont des actions dévelop- nal lourd, l’inefficacité du vaccin sur certains sérotypes pées par le réseau, auxquelles il faut ajouter le signale- relativisent l’utilisation du vaccin qui doit être prescrit ment par les médecins du travail des zoonoses au cas par cas selon l’évaluation du risque. professionnelles constatées en agriculture (à l’excep- Des vaccins existent également contre la rage et tion des maladies à déclaration obligatoire, déclarées à l’encéphalite à tiques. Les indications en sont détermi- l’InVS). Ces signalements anonymisés sont informati- nées par le calendrier vaccinal et par des avis du sés depuis peu et centralisés de façon à obtenir à terme Conseil d’hygiène publique de France en 2005 pour la une image des zoonoses contractées par les salariés rage et du Haut Conseil de santé publique en 2009 agricoles, les exploitants et les personnels suivis par la MSA par convention (Office national des forêts, Office Par ailleurs, la prévention contre les piqûres de national de la chasse et de la faune sauvage…), même tiques a été mise en avant. Sur le plan de la prévention s’il est évident que l’exhaustivité sera impossible à ob- de la borréliose de Lyme, le port de vêtements cou- vrants a été discuté ainsi que la place des répulsifs. L’in-térêt de l’inspection du corps et de l’extraction la plusprécoce possible de la tique a été rappelé, ainsi quel’absence de vaccin actuellement disponible. Pour l’encéphalite à tiques, les mesures de préven- tion ne diffèrent de celles de la borréliose de Lyme quepar l’existence d’un vaccin qui n’est pas recommandé À la fin de la journée, le Pr P. Choutet est revenu
en France au vu des données d’incidence de la maladie. sur quelques zoonoses « émergentes » qui ont fait par-ler d’elles récemment : Chikungunya en Italie l’été2007, rage vulpine en Italie en 2008, fièvre du Nil oc-cidental en Macédoine l’été 2010… Il s’est arrêté par- ticulièrement sur l’hépatite E et les différentesdonnées disponibles sur les professionnels exposés (notamment études de séroprévalence). C’est une ma-ladie pour laquelle on recense désormais des cas au- Dr Y. Cosset, Caisse centrale de Mutualité so-
tochtones par contamination alimentaire dans le sud ciale agricole, Bagnolet
P. Choutet a conclu sur les relations étroites entre Les zoonoses sont un sujet particulièrement d’inté- l’émergence de maladies infectieuses et les interactions rêt en agriculture où les activités en contact direct ou entre l’agent pathogène, l’hôte et son environnement.
indirect avec les animaux sont fréquentes (production La surveillance de ces maladies infectieuses nécessite animale, activités forestières, espaces verts…). ainsi une détection précoce, une alerte et une réponse C’est pour cette raison que la Mutualité sociale agri- appropriées, la prévention ne devant pas être oubliée cole (MSA) s’est dotée, depuis 10 ans, d’un réseau de Éléments bibliographiques
n HARS J, ET ROSSI S - Résultats de la surveil ance de mala- n Avis du Conseil supérieur d’hygiène publique de France dies animales réputées contagieuses (marc) dans la faune sau- section maladies transmissibles relatif aux recommandations vage en France. Bul Acad. Vét France. 2009 ; 162 (3) : 215-23.
pour la prévention de la leptospirose en cas d’activité pro- n CAPEK I - Définition des priorités dans le domaine des fessionnel e à risque (séance du 18 mars 2005). Ministère zoonoses non alimentaires 2088-2009. Saint Maurice : InVS ; des Solidarités, de la Santé et de la Famil e, 2005 (www.sante- jeunesse-sports.gouv.fr/IMG/pdf/Avis_du_18_mars_2005_rela- n BRUNETTI E, KERN P, ANGELEVUITTON DA - Expert tif_aux_recommandations_pour_la_prevention_de_la_leptospi- consensus for the diagnosis and treatment of cystic and alveo- rose_en_cas_d_activite_professionnel e_a_risque.pdf).
lar echinococcosis in human. Acta Trop. 2010 ; 114 (1) : 1-16.
n Calendrier des vaccinations et recommandations vacci- n VUITTON DA, BRESSON-HADNI S, GIRAUDOUX P, nales 2010 selon l’avis du Haut Conseil de la Santé publique.
BARTHOLOMOT B ET AL. - Échinococcose alvéolaire: d’une Bul Épidémiol Hebd. 2010 ; 14-15 : 121-72.
maladie rurale incurable à une infection urbaine sous n Avis du Conseil supérieur d’hygiène publique de France contrôle ? Presse Méd. 2010 ; 39 (2) : 216-30.
section maladies transmissibles relatif à la vaccination antira- n 16e Conférence de consensus en thérapeutique anti- bique préventive, au traitement post-exposition, au suivi infectieuse. Borréliyose de Lyme : démarches diagnostiques, sérologique des personnes régulièrement exposées au virus thérapeutiques et préventives. SPILF, 2006 de la rage des chauve-souris en France métropolitaine (www.infectiologie.com/site/medias/_documents/consen- (séance du 14 janvier 2005). Ministère des Solidarités, de la Santé et de la Famil e, 2005 (www.sante-jeunesse- n CARONV, COSSET Y - Fièvre Q et milieu professionnel : sports.gouv.fr/IMG/pdf/Avis_du_CSHPF_du_14_janvier_2005.pdf).
où en est-on ? Assistance TP 10. Doc Méd Trav. 2010 ; 123 : n Avis du Haut Conseil de la Santé publique relatif à l’utili- sation de l’Encepur® dans la prévention de l’encéphalite cen- n BELCHIOR E - La psittacose : évolution actuel e, surveil- tre-européenne à tiques. Bul Épidémiol Hebd. 2010 ; lance et investigations en France. Bul Épidémiol Hebd. 2010 ; Documents pour le Médecin du Travail N° 1251er trimestre 2011

Source: http://www.rst-sante-travail.fr/rst/dms/dmt/ArticleDMT/SuiviPourVous/TI-RST-TD-174/td174.pdf

(10. la marihuana; droga legal o adicción ilegal)

LA MARIHUANA: ¿DROGA LEGAL O ADICCIÓN LEGAL? Sebastian Cárdenas S. Hemos tenido, a lo largo de este tiempo, una discusión abierta respecto a la visión en la cual se debe tratar la marihuana en nuestro país. No podemos extrañarnos de que este tema esté actualmente en boga, pues por un tema de quizás satisfacer una necesidad que se cree general; resultaría necesario (aunque sea) fo

ci.annapolis.md.us

Police Department Part I Offenses City of Annapolis Police Department Part I Offenses May-11 Location Date or range Day or range Property/Point Of Entry Business Unsecured window, Maglite flashlight & RumForced rear sliding door TV's, camera, Xbox, laptopTrek 21 speed bike, secured with cable and lockOliver Peoples Sunglasses, warrant obtainedbike removed

Copyright © 2010-2014 Pdf Pills Composition