Farmacia italiana online: acquisto cialis in Italia e Roma senza ricetta.

Mondovino_

GOATWORKS FILMS ET LES FILMS DE LA CROISADE PRÉSENTENT Photos et dossier de presse téléchargeables sur Depuis les tout-puissants milliardaires de Napa en Californie, en passant par les rivalités entre deux dynasties aristocratiques florentines, jusqu’aux batailles de trois générations d’une famille bourguignonne, qui résiste pour conserver ses quelques hectares de vigne, " Mondovino " met en scène sur trois continents la saga des successions Mais toutes ces luttes ne sont-elles pas secondaires aux exploits d’un cor- saire espiègle de Bordeaux portant allègrement la bonne parole de la modernité de l’Italie à l’Argentine en passant par New York ? Le vin est un symbole de la civilisation occidentale depuis des millénaires.
Mais, jamais auparavant, le combat pour son âme n’avait été aussi féroce. Il n’y eut jamais non plus, tant d’argent et de gloire en jeu. Cependant, l’ordre de bataille n’est pas celui auquel on s’attend : locaux contre multinationales, ou simples paysans contre capitaines d’industrie. Dans le monde du vin, les suspects habituels Oenologue-consultant, Pomerol Bordeaux France Propriétaire, Mas de Daumas-Gassac Aniane France Actionnaires principaux de la Robert Mondavi Winery Napa Californie USA. Robert, père fondateur - Margrit, sa 2e femme - Michael, fils aîné, ex-PDG Tim, fils cadet, ex-co-PDG, directeur technique Hubert, père - Etienne, fils - Alix, fille, ex-vinificatrice dans une filiale de Boisset Co-PDG et directeur technique Château Mouton-Rothschild Bordeaux France Co-PDG, directeur marketing Château Mouton-Rothschild Bordeaux France Écrivain et directeur des vins, Christie’s Londres Angleterre Fondateur du Château Valandraud St-Emilion France Directeur, Groupe Boisset Nuits-St-George France Gestionnaires, Frescobaldi Spa Florence, Italie. La Marquise Bona - le Marquis Vittorio, son mari PDG le Marquis Dino, frère de Vittorio, auteur de l’histoire familiale “Privilège de la Naissance” Gestionnaires, Antinori Srl Florence Italie. Piero, PDG, entreprise familiale Albiera & Allegra filles de Piero, marketing Lodovico son frère, fondateur du Domaine Ornellaia Manager, “village d’Il Borro”, Il Borro Toscane Italie Critique du “Wine Spectator Magazine”, Il Borro Toscane Italie Propriétaires, dom. San Pedro de Yacochuya Cafayate Argentine. Arnaldo x3 = père, fils & petit-fils et Marco, fils cadet Nous ne devons pas nous laisser distraire par les chimères
d’un progrès qui n’apporte que ruines à lui-même et à la nature, et souffrances aux autres. Ici en Sardaigne, on a une culture millénaire. Nous devrions vivre en paix sur cette terre. Et il y a de la place pour les autres.
BATTISTA & LINA COLUMBU, 1 1/2 HECTARES, APPELLATION MALVASIA DI BOSA (SARDAIGNE - ITALIE) Parce que le domaine familial est trop petit pour soutenir ne serait-ce qu’une personne, Battista Columbu a poursuivi une carrière politique comme membre du parti Sarde. On dit que c’est le seul homme politique dont la maison ait conservé la même taille au début et àla fin de sa carrière.
J’ai planté la vigne quand mon mari est mort.
Depuis, tout cet amour dont je débordais, il est dans la vigne. Je parle avec elle. J’ai un échange.
Après la mort de son mari journaliste, Yvonne a planté ses vignes en 1986, sur un site qui enaccueillait déjà depuis au moins le XVIe siècle. En 1940, les vignes furent abandonnées par leshommes partis se battre, finissant soit en camps de travail en Allemagne, soit dans la Résistance.
On décida alors que les coteaux étaient trop abrupts pour que de jeunes femmes ne les cultivent.
À 77 ans, Yvonne cultive ses vignes elle-même. Elle suit les principes de la biodynamie, qui exclutl’utilisation d’herbicides, de pesticides ou de produits chimiques.
Considéré comme le plus grand consultant en vins au monde, il en est irréfutablement le plusinfluent et le mieux payé. Michel Rolland reçoit dans son laboratoire de Pomerol plus de 400vignerons à Bordeaux. Il consulte pour cent wineries dans douze pays, dont la Californie pour RobertMondavi et Staglin Vineyard entre autres, l’Argentine pour la famille Etchart, à Bordeaux pourBernard Magrez, mais également au Maroc, en Algérie et au Portugal. Il n’hésite pas à aller jus-qu’à Bangalore en Inde, où il est parmis les premiers à créer du vin.
Le vin est mort. Soyons clairs, le vin est mort.
Et pas seulement les vins, mais aussi les fruits. Les fromages. Le vin, c’est une relation quasi-religieuse de l’homme avec les éléments naturels. Avec l’immatériel. C’est un métier de poète, de faire un grand vin.
APPELLATION MAS DE DAUMAS GASSAC (ANIANE, LANGUEDOC) En 1979, Aimé Guibert a établi le domaine de Daumas-Gassac à Aniane, un village de 2400habitants, quand l’œnologue bordelais Henri Enjalembert découvrit qu’il avait là un singulier terroir.
Guibert est considéré, y compris par ses détracteurs, comme un pionnier dans la renaissance du vinde qualité du Languedoc. Nous voulons fonder une dynastie. Dans dix ou quinze
générations, ce serait génial de voir nos héritiers faire du vin sur d’autres planètes. Ça serait drôle, non? “Allo, Scotty? Téléporte-moi une bouteille de vin de Mars !
Robert Mondavi, fils d’un pauvre immigrant italien de la région des Marches, a fondé la RobertMondavi Winery en 1966, et en a fait une entreprise au chiffre d’affaires d’un demi-milliard dedollars par an. Les Mondavi produisent plus de 100 millions de bouteilles dans le monde, de Napaau Chili, et de l’Australie à la Toscane. Ses fils, Michael et Tim, ont hérité des postes de co-PDG audébut des années 1990, et ont placé la société en bourse en 1993. En janvier 2004, la famille a cédéla gestion de l’entreprise au conseil d’administration des actionnaires.
STAGLIN FAMILY VINEYARD, 18 HECTARES (NAPA, CALIFORNIE) Après avoir été capitaine dans la marine au Nord-Vietnam, Garen Staglin fut engagé au comité demodélisation des accords SALT sous Henry Kissinger, entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique.
Il fondera ensuite de nombreuses compagnies de logiciels dans la Silicon Valley, telles que eONEGlobal, dont la valeur est estimée à 200 millions de dollars. En 1985, il achète ses vignobles àNapa Valley .
Fondée en 1961 par Jean-Claude Boisset, alors âgé de 18 ans, la maison Boisset est devenue le négociant n°1 en Bourgogne en terme de ventes, et le n°3 sur le territoire français. Son fils,Jean-Charles Boisset, gère maintenant la société, et étend ses intérêts sur la scène internationaleentre les Etats-Unis, le Japon et le Canada.
CHÂTEAU MOUTON-ROTHSCHILD (PAUILLAC, BORDEAUX) Un 2e Cru Classé bordelais d’après la fameuse classification de 1855, Château Mouton fut acquispar le baron Philippe de Rothschild en 1922. En 1973, grâce aux efforts de lobbying du baron, le Château Mouton-Rothschild fut promu au rang de 1er Grand Cru, unique cas de changement destatut d’un Château bordelais. En 1979, Mouton-Rothschild s’est allié avec Robert Mondavi pourcréer le premier grand vin de luxe californien, Opus One. Depuis la mort du baron Philippe deRothschild en 1988 sa fille, Philippine de Rothschild, lui succède.
JEAN-LUC THUNEVIN, VIGNERON, 6.5 HECTARES, Jean-Luc Thunevin a acheté un petit terrain sans classification à St-Emilion en 1991, et l’a rebaptisé Château Valandraud. Travaillant dès le début avec Michel Rolland, il est le premierà atteindre la notoriété de “garagiste”, un terme utilisé par le plus grand partisan de Valandraud,Robert Parker, pour décrire les producteurs de petites quantités de vin à prix élevé, utilisant unetechnique qu’il surnomme “la viticulture radicale.” Valandraud se vend aujourd’hui à 300/400 €,la bouteille.
PDG ET FONDATEUR, WILLIAM PITTERS (BORDEAUX) Bernard Magrez a fondé William Pitters en 1964. Tirant parti de l’explosion de la grande distribution en France, il a transformé cette petite entreprise de spiritueux en l’un des premiersnégociants en vins de Bordeaux. Parallèlement, il a développé, en collaboration avec MichelRolland, des activités à petite échelle autour de vins dits “de garage” en France, en Algérie, au Maroc, au Portugal et en Argentine. Plus récemment, il a acquis un terrain dans le petit villaged’Aniane, dans le Languedoc, en association avec Gérard Depardieu, porte-parole de leur joint-venture, “les Clefs du Terroir.” Où il y a de la vigne, il y a de la civilisation.
Il n’y a pas de barbarie.
APPELLATIONS VOLNAY, RUGIENS, POMMARD (BOURGOGNE) Hubert, sa femme Christiane, son fils Etienne et ses filles Alix et Isabelle, sont des vignerons possè-dant 8 hectares de vignes à Volnay et Pommard, en Bourgogne. Hubert est devenu avocat à la Courde Dijon pour suppléer aux revenus du domaine familial qu’il n’a cessé de gérer parallèlementdepuis l’âge de 20 ans. Le domaine faisait à l’époque 4 hectares, et Hubert fit ses débuts avec lesvendanges de 1950. Etienne a commencé à faire du vin avec son père en 1991, et depuis quelquesannées, c’est lui qui a repris la gestion du domaine. Alix a travaillé comme vinificatrice chez lenégociant Ropiteau, filiale du géant bourguignon Jean-Charles Boisset, jusqu’à ce qu’elle remettesa démission en 2003. Le domaine familial étant trop petit pour subvenir aux besoins de deuxfamilles, son frère et elle, ont depuis fondé un négoce ensemble “Les 2 Montilles”, ils achètent lesraisins de petits vignerons, et font leur vin eux-mêmes.
Un vin pute, il vient tout de suite à vous. Ce sont des vins qui vous en foutent et qui vous lâchent d’un seul coup. Qui vous lâchent. Tac, ça tombe ! Ce sont des vins traîtres, en fait. parce qu’il n’a plus le temps de rien, est habitué, il aime se faire bluffer. A Bordeaux le terroir existe, mais ils le detruisent.
Ils répriment leur terroir. Tout comme nos libertés sont réprimées ici, aux Etats-Unis aujourd’hui. On dit : “Soyons patriotes. Abandonnons nos libertés. Plus la peine d’avoir un débat. Acceptons tout.” C’est une bataille entre collaborateurs et résistants. Ce n’est pas entre la modernité et la tradition. tout en respectant la tradition.
NEAL ROSENTHAL, IMPORTATEUR, ROSENTHAL WINE MERCHANT (NEW YORK) Neal Rosenthal a débuté comme commerçant dans une petite cave à vins de l’Upper East Side deManhattan dans les années 1970, près de la pharmacie de son père. Petit à petit, il se mit à impor-ter les vins lui-même et à représenter des vignerons artisanaux de France et d’Italie, de la mêmefaçon qu’un galeriste, un éditeur, ou un producteur de cinéma travaille avec un artiste, un écrivain,ou un cinéaste. Il s’est ainsi établi comme l’un des premiers importateurs américains de vins de ter-roir.
MICHAEL BROADBENT, DIRECTEUR DES VINS, CHRISTIE’S (LONDRES) Disposant d’un Master of Wine, cet auteur et commissaire-priseur fait partie du commerce du vindepuis 50 ans. Il dirige le département des vins de Christie’s depuis 1966. Il est l’auteur de “VintageWine : 50 years of tasting the world’s finest wines” et “How to approach and appreciate wine.” Ilest considéré comme le dégustateur le plus expérimenté au monde.
Fondée au XVIIIe siècle par deux immigrés d’Allemagne du nord, la Maison Schröder & Schÿler estun des plus vieux négociants à Bordeaux. Elle a survécu à de nombreux retournements del’Histoire – dont la Révolution Française, les guerres napoléoniennes et l’Occupation – et estmaintenant représentée par Jean-Henri Schÿler, son fils Yann et sa belle-fille, Marie. Ils détiennentnon seulement la mise en bouteilles de 15 millions de litres de vins par an, mais aussi denombreux Château Bordelais, dont le Château Kirwan (3e Cru Classé) dans le village de Margaux.
Michel Rolland est leur consultant à Kirwan depuis quelques années.
Je dis toujours :
si Robert Parker a légué une chose au monde, c’est de mettre tout le monde au même niveau. Dans ce monde si stratifié, ce système de castes dominé par des élitistes et des réactionnaires, Robert Parker aura amené un point de vue américain et démocratique. En effet, ça a été une révolution.
ROBERT PARKER, CRITIQUE DE VINS (MONKTON, MARYLAND) On dit que Robert Parker est le critique le plus puissant dans n’importe quelle catégorie surn’importe quel sujet dans le monde. Après avoir pratiqué le droit pendant 10 ans, Robert Parkers’est tourné vers la critique du vin, publiant le Wine Advocate en 1978. Lui, ainsi que son magazine, connurent une renommée internationale après sa critique favorable avant l’heure dumillésime 1982 à Bordeaux, qui était singulièrement mûr et ressemblait aux millésimes californiens. Depuis, ses notes déterminent le prix des vins dans la plupart des régions du monde.
Le commerce bordelais vaut ainsi plusieurs milliards de dollars.
De par leur activité bancaire datant du XIe siècle, les Frescobaldi sont profondément liés à l’histoire commerciale, artistique et politique de Florence. La famille produit du vin depuis 700 ans.
Elle est maintenant à la tête du 2e négoce de vin de Toscane, avec des ventes annuelles avoisinantles 50 millions de dollars. Son PDG actuel, le Marchese Vittorio Frescobaldi, a créé de nombreusesjoint-ventures avec la Robert Mondavi Winery sur des marques telles que l’Ornellaia, Luce etDanzante. Aujourd’hui, ces joint-ventures comptent pour à peu près un tiers de la production desFrescobaldi.
La famille Antinori est l’une des plus vieilles familles aristocratiques de Florence, impliquée dans les arts et l’histoire de cette ville depuis 800 ans. Elle détient le 1er négoce de vin en Toscane, et occupe la 3e position en Italie. Son PDG, le Marchese Piero Antinori, a été la tête de proue de lamodernisation radicale du vin toscan et de la relance de l’image des vins italiens à l’étranger.
Lodovico Antinori, son frère, a fondé Ornellaia à l’écart de sa famille au début des années 1990. En plantant la vigne dans la région de Bolgheri le long de la côte toscane, historiquement peu vouéeà la viticulture, il a fait d’Ornellaia le chef de file du “mouvement post-moderne des Super Toscans”(un terme du Wine Spectator Magazine pour les vins rejetant les lois historiques d’appellationcontrôlée). En 1998, Lodovico Antinori a fait entrer dans sa société Robert Mondavi comme partenaire minoritaire, puis a vendu toutes ses parts à la famille Mondavi. Depuis, il s’est associé àson frère Piero pour développer une winery dans la ville voisine de Bibbona.
LES BIANCHETTIS, VIGNERONS, 6 HECTARES (PERNAMBUCO) Isanette Bianchetti et son mari Mauro Tedesco, tous deux œnologues, émigrèrent dans les années1980 du sud du Brésil pour s’installer dans la vallée du “Rio de Sao Francisco” dans l’état du Pernambuco, à des milliers de kilomètres. Travaillant d’abord pour le vignoble Botticelli,ils aidèrent à implanter les premières vignes dans le nord-est du Brésil, dans une oasis au sein d’un arrière-pays à peine peuplé. C’est sans doute la seule région au monde où l’on peut tirer deuxvendanges et demie par an de la vigne, et cela s’explique par la proximité de l’équateur combinéeavec une absence d’humidité. En 1997, Isanette Bianchetti et Mauro Tedesco ont fondé leur propre label, Bianchetti, avec 6 hectares de vignes. Leur vin ne se vend que dans le marché brésilien local, au prix moyen de 2€ la bouteille.
LES ETCHARTS, SAN PEDRO DE YACOCHUYA (CAFAYATE) La winery Etchart, fondée au milieu du XIXe siècle par des émigrants basques à Cafayate, au nord-ouest de l’Argentine, se trouve au sein d’une région connue pour avoir produit des vins de qualité depuis que les Jésuites accompagnèrent les premières conquêtes espagnoles au XVIIe siècle. Arnaldo Etchart (3e parmi cinq Arnaldo Etchart) a vendu la winery familiale et ledroit au nom familial à la multinationale française Pernod Ricard dans les années 1990. Après avoirtravaillé avec eux en tant que consultant pour cette winery, Michel Rolland a fondé en 1996, la winery San Pedro de Yacochuya en partenariat avec Arnaldo et ses fils, Arnaldo et Marco.
ANTONIO CABEZAS, VIGNERON, 1 HECTARES (TOLOMBON) Antonio Cabezas cultive 1 hectare de vignes donnant des raisins torrontes blancs et des raisins malbecs rouges dans le village de Tolombón, à 5 km de Cafayate. Pour suppléer au revenu de 60€ par mois qu’il obtient de sa vigne (à environ 1.50€ la bouteille), il travaille comme hommede main dans d’autres vignobles.
Jonathan Nossiter a réalisé quatre long-métrages. Le plus récent, “Mondovino,” (première enCompétition Officielle, Cannes 2004) est d’abord un long métrage sur les riches, les pauvres et lespuissants dans le monde du vin, du Paraguay à Florence en passant par Brooklyn. Ensuite il y auraune série de 10 épisodes.
"Signs & Wonders" (2000), est un thriller psychologique tourné en Grèce avec Charlotte Ramplinget Stellan Skarsgard (première en Compétition au Festival de Berlin 2000).
"Sunday" (1997), comédie noire, raconte une histoire d’amour fondée sur un quiproquo, avecDavid Suchet et Lisa Harrow. Grand Prix du meilleur film et Prix du meilleur scénario au Festivalde Sundance, il a également obtenu le Prix du meilleur film et le Prix de la Critique au Festival deDeauville, “Sunday” a aussi été séléctionné à Cannes pour “Un Certain Regard.” Il a aussi réalisé le long-métrage “Resident Alien” (1991), comédie mélangeant documentaire etfiction, sur la fin de la vie de bohème à Manhattan, avec Quentin Crisp, John Hurt et HollyWoodlawn. Le film est sorti en salles aux Etats-Unis en 1992 et a été diffusé dans de nombreuxpays et présenté au Festival du Film de Berlin et au Festival du Film de Toronto.
Parmi ses documentaires, “Losing the Thread” (2001), pour la RAI en Italie et le Sundance Channelaux Etats-Unis, est un film d’une heure sur les fraudeurs de famille, du monde de l’art et du tourisme en Toscane (première au Festival de Rotterdam, 2002). “Searching for Arthur,” regard sur Arthur Penn à New York pour la série télévisée italienne de Telepiu, “Directors on Directors”(première au Festival de Locarno 1997). “Making Mischief” (2002) est un documentaire personneld’une demi-heure, le journal des préparations de son film “Signs & Wonders.” Sa formation inclut des études de peinture aux Beaux Arts de Paris et à l’Art Institute deSan Francisco, des études de Grec Ancien à Dartmouth College (Senior Fellow) et une périoded’assistanat dans le théâtre anglais (The Newcastle Playhouse, King’s Head). Ayant une formationde sommelier, il a crée la carte des vins et entraîné le personel de nombreux restaurants new yor-kais, dont Balthazar, Rice, Il Buco et Pravda. Il a aussi écrit des articles sur le vin pour New YorkMagazine, Wine & Food et The Forward.
Fils d’un journaliste, il est né aux Etats-Unis et a grandi en France, en Angleterre, en Italie, en Grèceet en Inde.
- Même si vous êtes cinéaste, vous travaillez également dans le monde du vin. Comment avez-vouscommencé ? Le vin pour moi a toujours été lié au plaisir, à l’amitié. J'ai commencé à m'intéresser au vin dès l'âge de quinze ans lorsque j’étais serveur dans des restaurants à Paris. Plus tard, j'ai obtenu un diplôme de sommelier à New York, où j'ai élaboré un bon nombre de cartes de vins pour des restaurants. Mon père, Bernard Nossiter, était correspondant à l’étranger pour des journaux américains, et c’est pour cette raison que j’ai grandi dans plusieurs pays comme la France, l’Italie, la Grèce, l’Inde et les Etats-Unis. J’ai eu ainsil’occasion très jeune de voir comment mon père prenait le pouls d’un pays en parlant avec tout le monde. Au coursde mes rencontres avec des vignerons du monde entier pendant ces 20 dernières années, j’ai pu constater que ce petit monde à part, pouvait aussi être en soi la représentation de “ tout le monde ”. Il existe une raisontrès simple à cela, c’est que le vin, dans sa complexité infinie d’expressions, est sur la planète entière, lachose la plus à l’image de l’être humain. Il fédère les traditions judéo-chrétiennes et les traditions gréco-romaines, il les garde – ou plutôt les prolonge - vivantes, vitales et actuelles. Le vin est donc un dépositaire unique de la civilisation occidentale. Essayer de saisir l’état du monde du vin, c’est forcément une quêtesur notre relation à la vie et à la mort, mais aussi une quête sur la transmission d’un passé, orienté vers l’avenir.
- La qualité humaine, culturelle, est-elle cruciale chez les vignerons ? Un vigneron est à la fois un agriculteur, un commerçant et un artiste. Son attachement à la terre est d'une grandehumilité (étant soumis aux caprices de la nature) et parallèlement le vin qu’il crée par son travail sur cette mêmeterre, est directement lié aux plus grandes ambitions de la culture dans laquelle il vit. Et comme les artistes, il essaie de faire rêver, d’apporter des plaisirs, et de provoquer les échanges entre les gens. L’œuvre pour laquellele vigneron donne son âme est - contrairement aux œuvres d’art - intrinsèquement éphémère, et produit d’immédiateté. Il évite donc nécessairement le piège signalé par Orson Welles, “la seule chose plus vulgaire que de travailler pour l’argent, c’est de travailler pour la postérité.” Un vigneron est par conséquent une des personnes les mieux placées pour révéler les tendances et les forces sous-jacentes d’une culture à un moment donné. - C’est donc par le biais du vin, que vous observez l’évolution de ces différentes cultures ? Par exemple, ce n’est pas un hasard si le vin a connu un essor prodigieux dans les années 70, aux Etats-Unis. Ondécouvrait un vin californien parfois un peu rêche, un peu difficile à avaler, mais toujours provocant, radical et pleind’énergie. Il existait chez ces vignerons ce même élan de découverte, ce même désir d'expérimentation que l'ontrouvait dans les films de Cassavetes, de Scorsese ou de Coppola de cette époque. Avec les années 80 et l’arrivéed’une culture reagannienne, le vin de Californie a commencé à changer. On a vu apparaître des vins plus policés,plus médiatisés, élaborés grâce à l’argent, mais sans âme. Le vin devenait un "big business". Et au même moment,à Hollywood, on commençait à voir des films plus complaisants, plus commerciaux. Les petits vignerons californiensdes années 70 qui ressemblaient aux Bourguignons ont alors été rachetés par de grandes sociétés. Coca-Cola aacquis Sterling Vineyards dans les années 80. Puis dans les années 90 Coca a revendu la “winery” à Diageo, unecompagnie encore plus internationale, exactement au moment où l’idée du pays d’origine d’une grosse sociétédevenait absurde. On peut donc observer, à travers le vin, les mutations de la culture américaine, et l’évolution desa position dans le monde. - C'est aussi ce que reflète plus largement MONDOVINO. Une sorte d'état des lieux dans différents pays. Au départ, j’avais une toute autre idée en tête. Les origines et le coeur du film sont beaucoup plus personnels. J’aicommencé avec un bon ami, le cinéaste urugayen Juan Pittaluga, pour faire une sorte de casting de vignerons dedifférentes régions. Lorsque Juan et moi avons commencé à parler aux vignerons bourguignons, nous avons tousles deux été frappés par l’intensité des relations père-fils et par l’expression de cette intensité dans l’amour et le conflit qui amenait à la production de quelque chose de tangible. Cela nous a naturellement fait penser à nos propres pères, tous deux morts jeunes tout en laissant derrière eux de fortes expressions de leur amour et de leurengagement avec le monde. Cette notion de transmission de génération en génération, de ce qu’on fait passer etde ce qui ne survit pas. de ce qui est perdu. ou de ce qu’on rejette consciemment, est devenu pour moi le Graalde cette aventure sur 3 continents.
Nous avons eu l’occasion d’approcher des gens qui se disent conservateurs, et qui finalement se révèlent être extrêmement radicaux dans leur façon de résister à des tendances, ou à une "pensée unique", comme dit Hubert deMontille, viticulteur brillant à Volnay. La plupart de ces rencontres remettaient directement en cause nos propres àpriori. C’était jubilatoire de se sentir “mis en danger par rapport à des certitudes” dans un monde néanmoins vouéau plaisir.
- Pourquoi aviez-vous choisi la Bourgogne comme point de départ ? J’ai cité plus haut les Etats-Unis, mais ce qui se passait en Bourgogne dans les années 70 était tout aussi intéressantau regard de la politique et de l’économie d'un pays. Les vignerons bourguignons voulaient s’industrialiser et fairepartie du monde moderne, et ils se sont retrouvés sous la pression d’un engouement pour les engrais chimiques. Ces gens sortis tout droit du village d’Astérix se sont vus confrontés aux pires pièges du monde moderne, mais leur attachement à leur terre, à leur culture, était si fort, qu’ils ont dû dans un premier temps céder à ces pièges pour ensuite revenir à une résistance active, acharnée. J’insiste sur cette idée, parce qu’il ne s’agit pas ici d’une positionréactionnaire. On trouve en Bourgogne la plus grande complexité en matière de goût pour le vin et bizarrementaussi, la plus grande radicalité face aux pièges du monde actuel. Ces gens se battent pour protéger une idée simple, exprimée avec tout autant de force par un vigneron sarde qui les rejoint, Battista Colombu, “ défendre ladignité et la beauté de l’individu est peut-être la chose la plus importante à faire dans un monde qui sournoisementcherche à nous nuire à chaque instant dans notre individualité".
- Vous avez poussé les portes d'un club très fermé. Comment avez-vous été accueilli dans ce monde du vin? Extrêmement bien, même par ceux qui ne partagent pas mes idées ! Dans le milieu du vin, les gens ont un instinctgrégaire, un esprit très convivial. Mêmes ceux qui produisent du vin pour les raisons les moins idéalistes, ont du mal à résister à cette espèce de séduction naturelle qui sort de la bouteille, à cette magie qui s'opère par la transformation du jus de raisin en une potion de bonheur ! Et même si c’est vrai qu’une sorte d’omerta pèse surcertains abus, le monde du vin reste assez innocent en Occident. - Votre démarche était davantage celle d'un amateur que d'un enquêteur ? Je dirais plutôt que c’est celle d'un " découvreur ". Je me suis lancé dans ce projet avec l’envie de faire partager leplaisir de mes découvertes. Je me suis toujours tenu à distance du snobisme des initiés qui consiste à utiliser un jargon ampoulé et absurde pour parler du vin. Chaque fois que je construisais une carte de vins et que je formaisune équipe de salle dans un restaurant, j’insistais pour que chacun des serveurs ne parle du vin qu’en utilisant sespropres termes, avec sincérité. On ne doit pas plus tricher avec une bouteille, qu’un comédien avec ses sentiments.
Une démarche factice sera immédiatement perçue comme telle par les buveurs - ou les spectateurs – même pourles moins expérimentés. Pour le film, je tenais à me rapprocher au plus près du point de vue d'un spectateur qui,si tant est qu’il ne s’intéresse pas du tout au vin, se sent toutefois sensible à toute chose qui peut enrichir notre quotidien. et qui s’inquiète pour l’avenir de ces petits plaisirs finalement si essentiels à notre survie.
- Est-ce-qu’il y a deux mondes qui s’opposent, entre les viticulteurs qui prônent les valeurs d'unetradition, d'une culture, d'un terroir, et les tenants de la globalisation du vin qui produisent des vinsapparemment sans défaut, mais qui semblent être une parfaite illustration de ce que l’on appellele goût international ? Non, je ne vois pas les choses comme ça. J’ai essayé d’éviter tout manichéisme entre les bons et les méchants, etde faire un film qui donne une vision à la fois farouchement engagée, mais aussi farouchement tolérante, positionsque j’espère avoir héritées de mon père journaliste. La situation dans le vin est mille fois plus complexe qu’une simple opposition binaire. La résistance, d’une manière générale, est un acte éthique par rapport au monde, et nonpas, un acte idéologique. Les résistants dans le film appartiennent à toutes les classes sociales et économiques, à toutes les idéologies. Ils exercent contre leurs adversaires une lutte acharnée, violente parfois, et en même temps,l’amour est présent dans les deux camps. Le monde évolue, et le film cherche à montrer la complexité de cette évolution. Un médecin, un fonctionnaire ou un épicier sont confrontés aux mêmes luttes quotidiennes que celles queconnaît le monde du vin. Les vrais choix ne sont jamais évidents. - Vous nous faites découvrir Michel Rolland, un célèbre œnologue, consultant auprès de grandsnoms du vin dans douze pays. Qui est vraiment ce personnage ? Michel Rolland serait le Spielberg du monde du vin, comme le dit d’ailleurs Jean-Luc Thunevin, collaborateur deRolland, et vigneron côté par Parker. Car Rolland hume l’air du temps de façon instinctive, il est tellement immer-gé dans son époque, ça “ fait jubiler ”, comme dit son adversaire et admirateur, Aimé Guibert. Il en comprend lestendances, les aspirations, les flux et en déduit les concrétisations possibles qu’il traduit en faisant des produits quivont au-devant des désirs des consommateurs, allant même jusqu’à les provoquer parfois. Cet homme est incontour-nable, sa renommée est internationale et sans égale. Lorsque je terminais le film au fin fond de l'Argentine, je pou-vais m’attendre à ce que quelqu’un évoque son nom, mais je n’aurais jamais envisagé qu'on me dise, "MichelRolland a refait le vin argentin, et grâce à lui, il ne ressemble plus à ce qu’il était". Michel Rolland est l'équivalentde ce que peut être un consultant dans le monde des affaires ou dans la vie politique, capable de dispenser desformules pour aboutir à un produit qui sera reçu favorablement dans un marché mondial où règne une grandeconcurrence. - Comment les vins californiens de Napa ont-ils réussi à s'implanter aussi fortement ? Au XVe et au XVIe siècle, de grandes familles, en fait des parvenus, comme les Médicis ou les Strozzi subvention-naient des poètes et des peintres pour asseoir leur pouvoir dans la société. Aujourd’hui, l’art est délaissé au profitdu vin. Il est plus prestigieux dans la société internationale d’avoir son nom sur l'étiquette d'une bouteille de vinque son portrait signé par n’importe quel peintre ou photographe. ou cinéaste.
Depuis la fin des années 80, non seulement le vin californien commençait à mener le marché international en termes de chiffre d’affaires et de présence de bouteilles dans le monde, mais il jouait également un rôle prépondérant en matière de tendance. Son goût, dit “ international ”, exerce une influence sur la plupart des productions dans le monde, y compris, et cela va s’accroissant, dans des pays comme la France et l’Italie.
- En Italie, des grandes familles comme les Frescobaldi et les Antinori, se confrontent. En France, larésistance chez les de Montille provoque des duels verbaux à fleurets mouchetés. N’y a-t-il pas un côté romanesque dans le film ? Pendant le tournage, j’ai compris que j’étais à l’intérieur d’un roman de Dickens ou de Balzac. J’ai alorsessayé d’adapter ma mise en scène à cet état de faits. J’avais affaire à un panel insensé d’êtres issus de toutes les cultures et niveaux sociaux, que ce soit économique ou idéologique, une espèce de baromètrevivant de toutes les degrés de la prétention – ou d’humilité - qu’offre le monde post-industriel. Je me suisalors retrouvé dans des situations où j’avais l’impression de travailler avec de grands comédiens. - Pensez-vous que ce monde que vous décrivez est spécifique au monde du vin ? C’était un plaisir pour moi de pouvoir offrir au spectateur cette jubilation du romanesque, cette possibilité de pouvoir ressentir, vivre, arriver à croire à l’invraisemblable, à l’incroyable. Ce milieu, tellement petit, n’a évidemment pas le pouvoir de décider de question de vie ou de mort de populations. Cependant, par le biais de tous ces personnages intervenant dans ce film, il nous est donné l’occasion de comprendreprécisément de façon humaine et intime, ce qu’est notamment une multinationale, les êtres qui la dirigent,son rôle, les différentes ficelles internationales, ses rapports de force, ses enjeux… Sans que j’aie à montrer des sociétés masquées ou virtuelles. J’ai pu avoir accès à ces gens au centre despouvoirs vinicoles justement parce que c’est un monde loin du centre des vrais pouvoirs. Donc ce privilègede réalisateur, j’ai essayé de le transformer en privilège du spectateur. - On découvre dans votre film un univers fascinant et impitoyable. Un univers où tous les rêves sontpermis. Les frères Mondavi se voient imposer une dynastie au milieu de laquelle, ils s’imaginentplanter des vignes sur Mars ! C’est étrange. Comme dans un roman, leurs ambitions se sont retournées contre eux. Comme si le monde du vinsynthétisait le Balzac des Illusions Perdues, le feuilleton Dallas et cette télénovella Mexicaine qui s’appelle “ PuebloChico, Infierno Grande. ” (“ Petit Village, Grand Enfer ”) ! En janvier 2004, le directoire de Mondavi a exigé queRobert, Tim et Michael, le père et les deux frères Mondavi, démissionnent de leurs postes de gestionnaires. Ceci étaitla conséquence de leur décision de devenir une grosse société internationale, cotée en bourse, et de profiter des loisdarwiniennes du marché, et c’est ainsi qu’ils ont été réduits aux rôles de simples figurants au sein de l’entrepriseque le père a eu tant de peine à bâtir. “ On fait des vins comme on est ”, dit Alix de Montille. Tout à fait. Et je pourrais dire que ce qu’un spectateur pensera de chacun des personnages du film, sera ce qu’il pensera de son vin. - Fait-on aussi des films comme on est ? Oui, probablement. Fatalement, on fait des films qui nous ressemblent. J'ai abordé ce sujet comme je l’ai fait pourmes précédents films, sans faire de distinction entre "fiction" et "documentaire". Dans les films de fiction que j’aifaits, j’ai toujours cherché à déclencher chez le comédien, pris dans son contexte (décor, etc.), une relation vitaleavec la réalité qui l’entoure. Dans “Mondovino”, à l’inverse, mais dans le même état d’esprit, j’ai cherché à déclen-cher la possibilité dans la mise en scène de personnages réels, de les amener à être eux-mêmes avec autantd’intensité que possible. Finalement, ça rejoint parfaitement le travail avec un comédien. J’ai tourné ce film pendant un an et demi dans un état de bonheur total. Grâce à mon expérience passée de tournage en pellicule, je pense avoir pu préserver un certain respect du métier, tout en me laissant aller à la délicieuse spontanéité que cette nouvelle technologie du numérique, légère mais pointue, me permettait. Grâce au travail innovant et brillant de Tommaso Vergallo, chez Digimage, la texture du 35 mm me rappelle lesfilms des années 70, période en couleur que j’ai toujours préféré pour sa qualité de pellicule. Le choix que j’ai faitde tourner avec deux amis - le cinéaste uruguayen Juan Pittaluga et la photographe antillaise-bresilienne, StéphaniePommez, nous a également offert la possibilité sur le terrain d’installer un échange avec les intervenants du filmmoins codifié, moins strict, plus intime et ludique que si nous avions débarqué avec une équipe technique tradition-nelle. Cette complicité et cette liberté ont crée une énergie humaine presque à l’intérieur de la caméra… appa-reil qui semblait souvent être un prolongement de mon corps, de mon écoute, du plaisir de mes découvertes. J’aile plus souvent fait le cadre dans mes films, mais jamais avec autant d’intimité et de joie pure. même si parfois ona l’impression que la caméra a peut-être un peu trop bu. Gardons notre lucidité, mais vive l’enivrement ! MONDOVINO (2004), réalisateur, producteur, chef opérateur, monteur.
Sélection officielle (en compétition) Festival de Cannes 2004 SIGNS & WONDERS (2000), réalisateur, co-scénariste avec Charlotte Rampling, Stellan Skarsgard Sélection officielle (en compétition) Festival de Berlin 2000. SUNDAY (1997), réalisateur, co-scénariste, producteur Prix du Meilleur Film et Meilleur Scénario, Festival de Sundance 1997 Prix du Meilleur Film et de la Critique Internationale, Festival de Deauville 1997.
RESIDENT ALIEN (1991), réalisateur, scénariste, producteur avec Quentin Crisp, John Hurt, Sting.
Sélection officielle Festival de Berlin 1991 LOSING THE THREAD (2002), réalisateur, co-producteur avec Lorenzo Pezzatini. Festival de Turin MAKING MISCHIEF (2001), réalisateur, producteur avec Charlotte Rampling, Stellan Skarsgard. SYMPATHY FOR THE DISTRIBUTOR (2000), réalisateur avec Stellan Skarsgard, Charlotte Rampling. Festival de Toronto.
MONTREAL TRUST (2000), réalisateur, Festival de Montréal.
SEARCHING FOR ARTHUR (1997), réalisateur Producteur associé, son, caméra additionnelle.
GOATWORKS FILMS & LES FILMS DE LA CROISADE DIGIMAGE (ANGELO COSIMANO, JUAN EVENO, TOBY RIDGWAY) langues : anglais, français, italien, espagnol, portuguais Format: 1:85/Couleur - Dolby SR - Durée: 135 minutes

Source: http://www.cave-athis-assoc.fr/Presse/mondovino.pdf

paneurouni.cz

Independence and Impartiality of International Arbitrators --------------------------------------------------- Doc. JUDr. Katarína Chovancová, PhD., LL.M. Associate Professor Institute of International and European Law THE FACULTY OF LAW PAN EUREOPAN UNIVERSITY THE SLOVAK REPUBLIC Introduction Together with being a quasi judge, the arbitrator has to be and

cef-mc.de

Josef Wachtveitl Publications 2006-2013 Amarie S, Arefe K, Starcke JH, Dreuw A, Wachtveitl J (2008) Identification of an additional low-lying excited state of carotenoid radical cations. J Phys Chem B 112:14011-14017 Amarie S, Förster U, Gildenhoff N, Dreuw A, Wachtveitl J (2010) Excited state dynamics of the astaxanthin radical cation. Chem Phys 373:8-14 Amarie S, Lupo D, Len

Copyright © 2010-2014 Pdf Pills Composition