Farmacia italiana online: acquisto cialis in Italia e Roma senza ricetta.

(microsoft word - r\351sistance aminosides, p\351nicilline g, et glycopeptides.doc)

Antibiogramme des Streptococcus et Enterococcus : recherche du niveau
de résistance aux aminosides

Rappel sur le mode d’action des aminosides et définition du niveau de résistance aux aminosides :

Les aminosides sont des antibiotiques qui agissent sur les ribosomes (sous unité 30 S) ce qui inhibe la
traduction.
Ils doivent donc pénétrer dans la cellule pour pouvoir agir sur leurs cibles. Le passage des
aminosides à travers la membrane cytoplasmique d’une bactérie est un phénomène actif dont l’énergie
est fournie par la chaîne d’oxydoréduction et qui dépend également d’un gradient protonique
électrochimique.
La résistance aux aminosides peut provenir d'un défaut de leur pénétration dans le cytoplasme bactérien,
de leur inactivation par transformation sous l'influence d'enzymes (phosphorylase, acétylase) où d'une
modification de la structure des ribosomes empêchant la fixation de l'antibiotique.
Tous les Streptococcus et les Enterococcus sont naturellement résistants aux aminosides car ces
bactéries ne possèdent pas de chaîne respiratoire (les aminosides ne peuvent pénétrer dans ces
bactéries). On parle de bas niveau de résistance.
Il est possible de traiter ces souches par une
association β-lactamines / aminosides car les β -lactamines facilitent la pénétration des aminosides en
augmentant la perméabilité de la paroi.
Certaines souches possèdent un autre mécanisme de résistance aux aminosides (par modification de la
cible ou enzyme). On parle de haut niveau de résistance dans ce cas on ne peut pas utiliser une
association
β -lactamines / aminosides car même si la β -lactamine facilite la pénétration de
l'aminoside, ce dernier ne peut pas agir car la bactérie possède un autre mécanisme de résistance.
Pour savoir si on peut traiter un patient avec une association β -lactamines /aminosides, il est donc
indispensable de tester le niveau de résistance.
Mise en évidence sur l’antibiogramme du niveau de résistance (Cf. livre p 39)
Pour déterminer le niveau de résistance, on utilise des disques d'aminoside forte charge. L'aminoside
est à une telle concentration qu'il peut pénétrer dans la bactérie par un transport passif (sans utiliser la
chaîne respiratoire).
Si la bactérie est sensible à l'aminoside forte charge, c'est qu'elle ne possède pas d'autres
mécanisme de résistance : elle possède un bas niveau de résistance aux aminosides.
Si la bactérie est résistante à un aminoside forte charge, c'est qu'elle possède en plus du défaut
de pénétration un autre mécanisme de résistance : elle possède un haut niveau de résistance aux
aminosides.
Genre Streptococcus
Genre Enterococcus
Suspension 0.5 MF diluée au 1/10 Suspension 0.5 MF diluée au 1/100 Disque d’aminoside forte Gentamicine (GEN) à 500 µg où Streptomycine (STR) à 500 µg où charge (1 disque au choix)
Remarque : sensibilité des Streptococcus spp. à la pénicilline G (sauf pneumoniae)

La sensibilité des streptocoques à la pénicilline G est évaluée avec un disque d’oxacilline à 5 µg (OXA-
5) selon les critères suivants :
diamètre OXA-5 ≥ 21 mm souche sensible à la pénicilline G. Cette interprétation est prédictive de l’activité des autres β-lactamines incluant les streptocoques dans leur spectre. diamètre OXA-5 < 21 mm - souche I ou R à pénicilline G. Devant toute souche de sensibilité diminuée, il y a lieu de déterminer la CMI de l’ampicilline, de l’amoxicilline ou de la céfotaxime. Sensibilité diminuée à la pénicilline G de Streptococcus pneumoniae.

La détection de pneumocoques de sensibilité diminuée à la pénicilline G est réalisée avec un disque
d’oxacilline 5
µg (OXA-5) selon les critères suivants :
diamètre OXA-5 ≥ 26 mm souche sensible à la pénicilline G et aux autres β-lactamines. diamètre OXA-5 < 26 mm. Souche de sensibilité diminuée. Ce test ne peut pas apprécier le niveau de résistance à la pénicilline G ou aux autres β-lactamines. En
conséquence, notamment en cas d’infection sévère, d’échec clinique ou devant toute souche de
sensibilité diminuée (OXA-5 < 26 mm), il y a lieu de déterminer la CMI de la pénicilline G et celle
d’au moins une des β-lactamines dont les propriétés pharmacodynamiques sont compatibles avec une
efficacité thérapeutique.
La résistance acquise à la pénicilline G est croisée avec toutes les autres β
-lactamines mais à des
niveaux variables en fonction des antibiotiques permettant l’utilisation des molécules les plus actives. Les souches catégorisées comme intermédiaires (ou résistantes de bas niveau) doivent être considérées comme résistantes en cas de méningite, mais sensibles à fortes doses en cas d’infections respiratoires. Données CMI et interprétation pour la pénicilline G : Souche sensible si CMI ≤ 0,06 mg.L-1. Bas niveau de résistance si 0,12≤ CMI ≤ 1 mg.L-1. Haut niveau de résistance si CMI>1mg.L-1.
Remarque : dépistage des pneumocoques de sensibilité diminuée aux fluoroquinolones est réalisé par
la mesure de la sensibilité à la norfloxacine. Si le diamètre autour du disque de norfloxacine (chargé à 5
µg) est inférieur à 10 mm et/ou si la CMI est > 16 mg/L, il existe un risque élevé de sélection in vivo de
mutants résistants aux fluoroquinolones et d’échec clinique.
Résistance aux glycopeptides des Entérocoques

Données : INVS (juillet 2008) Les entérocoques (Enterococcus faecium et E. faecalis principalement)
sont de portage essentiellement digestif chez l’homme et sont responsables d’infections urinaires, de
bactériémies ou de suppurations de plaies. Ils représentaient en 2006 en France 6,4% des micro-
organismes isolés d’infection nosocomiale, au 5ème rang après E. coli, S. aureus, P. aeruginosa et les
staphylocoques à coagulase négative. La transmission des entérocoques se fait par les mains, le matériel
et l’environnement. Elle est facilitée par la diarrhée, l’incontinence fécale et les suppurations.
Les premières souches de E. faecium résistantes aux glycopeptides (ERG) ont été rapportées en France
et au Royaume-Uni en 1987-1988 puis aux États-Unis en 1989-1990 où elles sont aujourd’hui
endémiques et au 3ème rang des bactéries multirésistantes dans les unités de soins intensifs. La
capacité des ERG à coloniser rapidement les patients et l’environnement sous la pression de sélection
antibiotique, associée à un faible pouvoir pathogène, permet la constitution de réservoirs occultes et la
diffusion large de ces souches par le transfert des patients. La colonisation des patients par des ERG et
des S. aureus résistant à la méticilline (SARM) permet par ailleurs que soient réunies les conditions du
transfert de plasmides de résistance à la vancomycine entre les deux espèces, comme cela a été
observé aux Etats-Unis à trois reprises.
La détection des entérocoques résistants aux glycopeptides est réalisée sur l’antibiogramme avec un
disque de Vancomycine 30 µg et un disque de Teicoplanine 30 µg selon les critères suivants :
diamètre Vancomycine et teicoplanine > 17 mm souche sensible aux glycopeptides diamètre autour du disque de l’un des deux glycopeptides < 17 mm. il est nécessaire dans ce cas de déterminer les CMI de la vancomycine et de la teicoplanine.
Remarque : du fait d’une expression parfois faible ou tardive de la résistance aux glycopeptides des entérocoques, il est recommandé également de déterminer les CMI de la vancomycine et de la teicoplanine en cas d’échec thérapeutique.

Source: http://biotechnologie.ac-montpellier.fr/IMG/pdf/antibiogramme_streptocoques.pdf

Press release

Sandoz Inc. 506 Carnegie Center Drive, Suite 400 Princeton, NJ 08540 Phone +1 609 627 8500 Fax +1 609 627 8682 Sandoz initiates voluntary recall in the US of all 50mg/2mL and 250mg/10mL vials of Methotrexate Injection, USP due to the presence of glass particulates FOR IMMEDIATE RELEASE - October 27, 2010 - Princeton, New Jersey - Sandoz Inc. announced today it has initiated a voluntary

Nefrologia revista 20100719.indd

CONTROL Y TRATAMIENTO FARMACOLÓGICO DE LA DIABETES EN PACIENTES CON DIABETES Y ENFERMEDAD RENAL Coordinadores: Mercedes Traversa. Prof. Adjunta de Medicina (UBA). Médica de Planta de la División Diabetología, Hospital de Clínicas “José de San Martín”. Hugo Zelechower. Médico Especialista en Terapia Intensiva y de Nefrología, Hospital General de Agudos “D. Vélez Sarsfi eld”

Copyright © 2010-2014 Pdf Pills Composition